PETIT CONTE DE NOËL

Le vrai et le faux

Deux histoires et trois chansons n’ont pas suffi à endormir Pierre qui décidément est bien excité ce soir. Un peu exténué, je le laisse éveillé dans son petit lit. Il a fermé les yeux quand je lui ai fait le dernier bisou, en lui recommandant « Bonne nuit ! Fais de beaux rêves ! », mais je sais que, dès que j’ai tourné le dos, ses paupières se sont ouvertes.

Je fais comme si je ne me doutais de rien et je passe de la pénombre douce de sa chambre à la lumière crue du couloir que j’ai laissé éclairée à dessein pour lui.

Dans la cuisine, j’attrape une poêle et dépose une noisette de beurre dans son fond pour saisir mon steak ; j’ai envie de viande ce soir.

— Il est déjà dix heures trente, je vais avoir un mal fou à le réveiller demain matin pour l’école, pensé-je en baillant.

J’ai à peine allumé le gaz que dans le couloir, j’entends le trottinement caractéristique de mon petit garçon qui a trouvé une très bonne raison de se lever.

— Papa, je peux avoir un autre biberon ?

— Attends ! J’ai une meilleure idée. Est-ce que tu as déjà écrit ta lettre au Père Noël ?

— Non !

— En fait je crois même qu’on peut lui envoyer des mails.

— Des mails ?

— Ce sont des lettres électroniques. Tu sais, sur l’ordinateur.

— D’accord ! Je veux bien !

L’air de rien, je le raccompagne doucement vers son lit. Je le borde.

— On enverra un mail au Père Noël demain soir après l’école, mais, pour gagner du temps, il faut que tu réfléchisses à ce que tu vas demander au Père Noël.

— Je veux la maison des Playmobil et puis aussi un piège à billes !

— Oui, c’est bien ça. Il faut que tu penses aussi à l’ensemble du mail que tu vas écrire. Tu sais le Père Noël, c’est un vieux Monsieur. Tu dois être gentil avec lui !

— Il faut lui dire s’il vous plaît alors ?

— Tu as tout compris. Réfléchis bien à tes cadeaux et surtout à montrer que tu es un gentil petit garçon.

Bisous.

— Bonne nuit ! Fais de beaux rêves !

De retour dans la cuisine, évidemment le beurre a brûlé. Je lave la poêle et recommence l’opération steak. J’ai à peine allumé le gaz que j’entends le trottinement caractéristique de mon petit garçon dans le couloir. Il a encore trouvé un bon prétexte pour se lever. Cette fois-ci, par précaution, j’éteins le gaz.

— Ce n’est pas une bonne idée, me dit-il. Après avoir réfléchi à mes cadeaux, je vais dormir ; et demain peut-être que j’en aurai oublié. En plus, demain, à l’école, je pourrai en discuter avec mes copains.

Cachant mon exaspération, l’air de rien, je le raccompagne doucement vers son lit. Je le reborde.

— Tu sais, il n’y a pas que les mails et les lettres, il est aussi possible que tu rencontres le Père Noël dans ton rêve cette nuit. Dans ce cas, tu n’auras qu’à lui demander directement ce que tu veux. Alors, on n’aura pas besoin de lui envoyer un mail. Tu me comprends, si tu le rencontres, il vaut mieux que ta liste soit prête, sinon tu risques d’oublier quelque chose.

— Je lui ferai un câlin alors !

— Ça lui fera plaisir, j’en suis sûr !

Bisous.

— Bonne nuit ! Dors bien !

Cette fois, j’en suis certain, il va s’écrouler et faire de beaux rêves.

De retour dans la cuisine, j’ai à peine allumé le gaz que dans le couloir j’entends le trottinement caractéristique de mon petit garçon qui a encore trouvé une bonne idée pour se lever.

— Mais, si je rencontre le Père Noël dans mon rêve, comment je saurai que c’est le vrai Père Noël ?

Je le raccompagne tout doucement, l’air de rien, vers son lit. Cette fois-ci, je tente de gagner un peu de temps car sa question est un peu difficile, surtout à onze heures du soir. Je le borde tranquillement et, d’un seul coup cela me vient. Je me sens alors très malin quand je lui réponds :

— Le Père Noël qui apparaît dans les rêves des enfants, c’est toujours le vrai Père Noël !

— Tu es sûr ?

— Absolument !

— Mais toi, tu es un grand ! Ça veut dire que dans tes rêves il peut y avoir des faux Pères Noël ?

— Oui, tu as raison. Dans les rêves des adultes, il y a beaucoup de faux Pères Noël.

— Ben moi, je veux jamais être grand alors !

— Si ! Il faudra bien ! Ce n’est pas si dur. C’est vrai, il y a des faux Pères Noël, mais si on a un peu de chance on peut avoir un vrai petit garçon !

Bisous.

— Bonne nuit ! Dors bien ! Je t’aime Pierre !

Cette fois, j’en suis sûr c’est gagné, je n’ai pas franchi le seuil de la chambre qu’il dort déjà. En ce qui me concerne, je pense que le sommeil va être difficile à trouver. Je me rends compte qu’au fil des années, j’ai dû croire à des tas de faux Pères Noël, alors que le vrai était juste à côté de moi. Il s’appelle Pierre et dort dans sa chambre.

JOYEUX NOËL

Nouvelle suivante

2 commentaires sur “PETIT CONTE DE NOËL

Ajouter un commentaire

  1. Que ton fils, devenu un adulte, continue à « te faire entendre le trottinement caractéristique de ton petit garçon qui a encore trouvé une bonne idée pour se lever » à jamais! 🙂
    Bises, et bonnes fêtes Yves!

    Omar

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :