À MES AMIS ÉCOSSAIS

Malgré ce que pourrait laisser entendre ce titre, je n’ai pas d’ami écossais. J’ai tout au plus travaillé avec l’un d’entre eux il y a quelques années : il s’appelait Malcolm et je dois avouer que nous ne nous sommes guère entendus.

Non ! Je voulais parler du peuple écossais qui, à l’instar du peuple français lors du référendum sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe, s’est bien fait avoir, en deux temps, comme nous, mais avec des idées opposées. Dois-je rappeler que les Gaulois réfractaires que nous sommes, ont à l’époque voté « NON » à 54,68 % à ce référendum et que pourtant nous sommes aujourd’hui soumis au traité de Lisbonne – qui est bien une Constitution européenne malgré ce que prétendent les puristes. Propos d’autant plus mensongers qu’une révision nécessaire de la Constitution française, a été effectuée par le Congrès en 2008 permettant ainsi la ratification de ce fameux traité. Le Président Sarkozy n’a pas proposé de référendum sur ce coup-là.

Ce qui advient aujourd’hui aux Écossais avec le Brexit sort du même tonneau. En 2014, nos amis Scottish ont voté à 55,30 %, « NON » au référendum qui leur accorderait l’indépendance. Le principal argument de campagne des supporters du « NON » était, et cela fit du sens, qu’une sortie de l’Ecosse du Royaume-Uni les ferait de fait, automatiquement sortir de l’Europe, ce qu’une majorité d’entre eux ne souhaitait pas.

Puis vint le référendum dit du Brexit dont on connaît le résultat et auquel les Écossais, fidèles à leurs idées votèrent massivement « NON » à quelque 60 %[1] des suffrages exprimés. Voilà donc nos amis, bien malgré eux, conduits à sortir de l’Europe. Avouez qu’il y a de quoi douter à jamais du bon sens et de l’intégrité de nos hommes et femmes politiques et si l’on va plus loin à douter de l’unité du Royaume-Uni.

Il semblerait bien que Nigel Farage, le chantre majeur du « OUI » au Brexit, restera dans les livres d’Histoire comme l’homme qui a pulvérisé – on peut s’y attendre – la Grande-Bretagne, en en faisant plus que jamais un Royaume-Désuni.

Observation précédente


[1] C’est le cas aussi pour l’Ulster qui a voté à 56% contre la sortie de l’Europe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :