HARCÈLEMENT

Pour la première fois de ma longue et ennuyeuse[1] expérience professionnelle je me suis fait harceler par mon supérieur hiérarchique. Tout finit par arriver ! Cela est advenu alors que j’exerçais mes talents au sein d’un très grand groupe français pour lequel je n’avais jamais travaillé auparavant.

Lire la suite « HARCÈLEMENT »

OBSOLESCENCE

J’ai pris cette photo la semaine dernière sur le trottoir dégueulasse du Quai d’Austerlitz. Je déteste les décharges sauvages que ce soit à Paris ou à la campagne. De plus, il y a des poubelles partout dans le XIIIème. Alors pourquoi quelqu’un aurait-il été contraint de jeter toutes ces saloperies sur la chaussée ?

Lire la suite « OBSOLESCENCE »

LE PEUPLE DU CERCLE

Cette nouvelle se déroule dans l’univers du « Chemin de la Mer » mais elle peut être lue indépendamment du roman. Elle évoque le parcours d’un des ancêtres d’Onésime Brunon, le riche industriel de Port des Dauphins.


— Nul n’est besoin de vous présenter l’île de Salvinia au cœur de notre douce Mer Intérieure ; cette magnifique île qui vit naître le tout premier Grand-Prêtre du culte de Tarman, notre Père à tous. Je suis sûr que vous vous y êtes tous rendus au moins une fois dans votre vie pour vous recueillir sur la tombe du Saint-Homme.

Lire la suite « LE PEUPLE DU CERCLE »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 07 (1/2)

Une approche épistémologique

(première partie)

L’ours arboricole ou ours apiculteur, vit comme son nom l’indique dans les arbres où il construit son nid, généralement à proximité d’un ou plusieurs essaims car il est très friand de miel. Contrairement à l’ours arboricole que l’on trouve dans les forêts à l’Est de l’Est Profond – appelé aussi ours malais on ne sait trop pourquoi -, il est rapide, de très grande taille et ne s’empare pas du travail des abeilles de façon dévastatrice ; bien au contraire il fait très attention à ne pas abîmer les constructions de cire et prends soin de ne prélever qu’une partie raisonnable de la production.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 07 (1/2) »

MON PANTHÉON

Je vous ai déjà parlé de mon immense admiration pour Gotlib dans un article qui a eu un certain succès[1] : Madeleine et Marcel. Héros de mon enfance, s’il m’était possible de lui rendre un hommage officiel aujourd’hui, je lui offrirais une cérémonie toute particulière, pour l’installer en bonne place dans mon propre panthéon. N’y voyez nul rapport avec le vrai Panthéon, celui de Soufflot – en haut de la rue éponyme – où reposent les vrais héros de la Nation Française.

Lire la suite « MON PANTHÉON »

LE DOIGT INVISIBLE – Chapitre 07

La rançon du succès

« S’il existe plusieurs manières de faire quelque chose et que l’une de ces manières est susceptible de se solder par une catastrophe, on peut être certain que quelqu’un se débrouillera pour la choisir. »

Edward A. Murphy Jr

Je n’en crois pas mes oreilles :

— Comment ça on a des milliers de visites ?

— J’essaye de voir qui sont…

— Attends une seconde Paul, mon téléphone sonne.

Lire la suite « LE DOIGT INVISIBLE – Chapitre 07 »

LA BEAUTÉ DU GESTE

J’ai mis beaucoup de temps avant de comprendre ce qu’était la beauté du geste et quelle était sa signification. Malgré cette révélation, je vous avoue qu’à ce jour je n’en ai pas tiré grand-chose, si ce n’est que je l’ai assimilée. Tout comme par le théorème de Gödel ou celui de Cayley-Hamilton, j’ai été ébloui, mais d’un point de vue pratique, cela ne m’a rien apporté, si ce n’est le plaisir de m’en être imprégné. C’est déjà ça !

Lire la suite « LA BEAUTÉ DU GESTE »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 06 (2/2)

Une escapade nocturne

(fin)

Résumé : Noir est incarcéré et dépérit dans une des geôles de la prison du Souk…

Ce soir-là, alors que Noir se morfondait dans sa cellule, Blanc avait reçu sa première solde de mercenaire. Ses compagnons lui proposèrent d’aller arroser ses gages à la taverne, c’est ce que faisaient tous les mercenaires après tout. Blanc mit un peu de temps à se laisser convaincre, même s’il n’avait jamais bu de sa vie, il avait déjà vu des gens ivres et par instinct redoutait les conséquences de l’alcool sur son organisme.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 06 (2/2) »

VIE VIRTUELLE

L’année 2010 restera une des plus belles années de ma vie. J’avais pris le plan social d’une grosse boîte, ou plus exactement on m’avait un peu poussé à le prendre. Suite à cette mésaventure, je n’étais pas, pour vous dire la vérité, très enthousiaste à l’idée de retourner aussitôt dans la grande bagarre qu’est devenu le monde du travail. Je m’accordais donc une – longue – pause avant de réintégrer l’arène. Nous étions en janvier et avec le chômage j’avais de quoi tenir assez longtemps.

Lire la suite « VIE VIRTUELLE »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 06 (1/2)

Une escapade nocturne

(première partie)

Résumé : Noir et Blanc deux enfants mercenaires ont été loués par Achraf Ammar, leur Maître, à un mystérieux émissaire. Leur mission : dérober un coffre de petite taille, extrêmement précieux, caché dans une salle forte protégée par au moins dix gardes au plus profond des caves d’un château.

Blanc s’était endormi, mais Noir n’y parvenait pas. Ils étaient consignés au bivouac non loin de Coofik, la ville où il avait été décidé de faire étape.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 06 (1/2) »

LE DOIGT INVISIBLE – Chapitre 06

Certaines obligations professionnelles m’ont conduit un peu loin de ce blog, bien malgré moi, pendant ces deux dernières semaines. Je vous prie de m’en excuser. C’est pourquoi pour me faire pardonner et vous rafraîchir la mémoire, je vous propose un résumé des chapitres précédents.

Ray, Marc, Paul et Christian, quatre chômeurs du quinzième arrondissement de Paris se sont juré de mettre à bas le système capitaliste. Leurs réflexions les ont amenés à construire ensemble un site internet « Le doigt invisible » pour y publier des révélations sur l’affaire Cradoff.

Lire la suite « LE DOIGT INVISIBLE – Chapitre 06 »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 05 (2/2)

Romary a grandi

(fin)

Résumé : le fils adoptif de Clorinde et Onésime Brunon, Romary, va bientôt fêter ses 13 ans et donc célébrer, comme cela est la tradition dans le Royaume, le rite de son passage à l’âge adulte.

Ses professeurs, mis à part le Grand-Prêtre, donc, étaient bien impuissants face à ce gosse insupportable mais ils se gardaient bien d’avertir sa mère par peur de représailles : la paye était bonne et ils n’avaient pas envie de se passer d’une telle manne.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 05 (2/2) »

LA MEILLEURE FAÇON DE TRANSPORTER UN PIANO

Une courte fantaisie sur le thème du « piano diabolique ».

Ma grand-mère était reconnue comme une magistrale interprète de Chopin avant-guerre. À sa mort, j’ai hérité de son magnifique Pleyel demi-queue n°3 en parfait état. Depuis des années, il trône dans mon salon mais n’y occupe qu’un rôle décoratif. En effet, je ne sais pas jouer de cet instrument. J’aurais pu apprendre mais j’ai vite compris que le piano n’était pas fait pour moi ; un apprentissage bien trop long et difficile pour la feignante que je suis.

Lire la suite « LA MEILLEURE FAÇON DE TRANSPORTER UN PIANO »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 05 (1/2)

Romary a grandi

(première partie)

Résumé : Clorinde et Onésime Brunon, un riche couple d’industriels de Port des Dauphins ne peut concevoir d’enfant. Par l’entremise d’Artus, le frère d’Onésime, ils adoptent dans le plus grand secret, un nouveau-né qu’ils décident de nommer Romary.

Clorinde Brunon était la plus heureuse des femmes. Dans une semaine, son fils adoré, Romary, allait fêter ses treize ans. A cet âge les enfants du Royaume devenaient des citoyens à part entière. Dès son anniversaire, on était considéré comme un adulte et, garçon ou fille, il était temps de choisir un métier.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 05 (1/2) »

10 000

Hier soir mon petit blog a reçu sa dix millième visite. Je ne m’attendais pas lorsque je l’ai créé, il y a un peu plus de deux mois, à recevoir un aussi sympathique accueil. Sans vouloir tomber dans l’autosatisfaction la plus vile – comme dirait Monsieur Borriaud -, je trouve cela très encourageant même si je vous l’avoue, je n’ai aucune information sur les ordres de grandeur des visites auxquels on doit s’attendre quand on créé un blog de ce type. Je tenais à travers ces quelques lignes à vous remercier tous pour vos encouragements et vos critiques toujours constructives.

Lire la suite « 10 000 »

MICRO-NOUVELLE

Cette micro-nouvelle de science-fiction a été une des lauréates du Prix Pépin 2013 publiée dans « Géante Rouge ».

Je ne suis pas très à l’aise avec ce genre d’exercice car je ressens le besoin systématique de développer mon propos lorsque je raconte une histoire. J’ai toutefois joué le jeu et essayé à ma façon de relever le challenge, probablement pour la dernière fois.

Il faut bien dire qu’à l’époque de Twitter, il s’agit-là d’un format idéal pour une lecture rapide entre deux stations. Voyez par vous-mêmes !

Lire la suite « MICRO-NOUVELLE »

VACANCES

Je n’ai pas besoin de grand-chose pour me sentir en vacances. Tout d’abord, une grande étendue de temps libre, disons pour la forme deux semaines, au moins ; ensuite la certitude que j’irai me coucher uniquement si je n’ai plus rien d’intéressant à faire ; enfin la douceur de me lever seulement si je suis absolument reposé. Mon lit… Je ne vous ai pas encore parlé de mon lit.

Lire la suite « VACANCES »

PETIT CONTE DE NOËL

Le vrai et le faux

Deux histoires et trois chansons n’ont pas suffi à endormir Pierre qui décidément est bien excité ce soir. Un peu exténué, je le laisse éveillé dans son petit lit. Il a fermé les yeux quand je lui ai fait le dernier bisou, en lui recommandant « Bonne nuit ! Fais de beaux rêves ! », mais je sais que, dès que j’ai tourné le dos, ses paupières se sont ouvertes.

Lire la suite « PETIT CONTE DE NOËL »

MONSIEUR BORRIAUD – Encore lui !

Je vous ai déjà présenté à trois reprises Monsieur Borriaud, mon génial professeur de français et de latin en classe de 3ème, ici, et . L’année scolaire aurait pu se finir sur une fâcherie, liée à ce dérapage de la classe à propos de la dissertation de Patricia[1] ; mais je vous l’ai déjà dit auparavant, notre maître ne voulait que le meilleur pour nous et il le prouva encore une fois.

Lire la suite « MONSIEUR BORRIAUD – Encore lui ! »

MADELEINE ET MARCEL

Ma tante Madeleine était une petite Bretonne, boulote et taciturne. Ce n’était pas vraiment ma tante mais celle de mon grand-père. Quand j’étais enfant, elle était déjà bien vieille, mais encore assez alerte pour me garder le jeudi[1].Chez elle, cela sentait bon le propre, l’encaustique et les agrumes dont elle laissait sécher les peaux sur ses radiateurs.

Lire la suite « MADELEINE ET MARCEL »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 03

Les Inséparables

S’il est une métropole qui vaut le détour sur le Continent, c’est bien la cité de Makfik. Le voyage pour s’y rendre est un peu pénible certes : il s’agit de traverser le désert sur plus de 200 lieues.  Mais une fois sur place, on ne regrette pas le déplacement. La ville est réellement extraordinaire pour qui sait apprécier les paysages urbains et encore plus la vie citadine.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 03 »

EXERCICE DE STYLE

Cette nouvelle a été finaliste du concours de nouvelles policières Paris Polar en 2014. Pour bien comprendre mon texte, il est indispensable que je vous livre le thème imposé par les organisateurs de ce concours. Quoiqu’il en soit, pour la première fois, je n’ai pas compris pourquoi je n’avais pas gagné tant mon texte était différent et original tout en respectant les contraintes proposées. Je vous laisse juge…

Lire la suite « EXERCICE DE STYLE »

MONSIEUR BORRIAUD

S’il est une chose communément admise par les confrères et condisciples de ma génération, c’est bien qu’entre la sixième et la Terminale, on n’a eu en moyenne qu’un ou deux professeurs qui, vus d’aujourd’hui, peuvent être considérés comme excellents. Excellents, au sens où une matière qui nous rebutait ou dont nous ne comprenions pas les enjeux – à l’époque – s’est grâce à eux, finalement révélée pleine de charmes et de surprises, à tel point qu’il était impossible de ne pas vouloir la découvrir, de ne pas s’y attacher, de ne pas désirer creuser pour voir où cela pouvait bien mener.

Lire la suite « MONSIEUR BORRIAUD »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 02

Port des dauphins

À Port des Dauphins, bien loin de Val d’Ésire, sur la côte Sud-Est du Continent, on trouvait, paraissait-il, la plus belle soie que l’Orient eût jamais produite. C’était, dans un premier temps, son commerce qui avait rendu ce petit port de pêche si prospère. Le procédé de fabrication du textile en fut longtemps tenu secret par la dizaine de famille de sériciculteurs qui se partageait alors ce marché pour le moins lucratif.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 02 »

CAROLINE

Consultant, en mission dans un grand groupe bancaire, je partage mon bureau avec un type un peu plus âgé que moi et plutôt bon professionnel : Didier Martin[1]. La charge de travail est relativement légère et de fait, nous avons beaucoup de temps pour échanger autour de la machine à café ou prolonger nos déjeuners par de longues balades au bord de la Seine. De bons moments…

Un matin, un peu contrarié, il s’écrie :

Lire la suite « CAROLINE »

LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 01

Le vieux Sage et la petite fille

Daël était considéré par tous comme le plus sage de son Ordre. Son regard perçant, son front haut et son sourire malicieux étaient, à n’en pas douter, l’expression d’une grande intelligence. Ceux qui l’avaient côtoyé vantaient sa capacité d’abstraction hors du commun, alliée à un bon sens tout terrien qui trahissait ses origines paysannes. On venait chercher son conseil du Royaume tout entier.

Lire la suite « LE CHEMIN DE LA MER – Chapitre 01 »

À DEUX PAS DE CHERBOURG

Ce texte a été lauréat du concours de nouvelles organisé par les éditions L’Ivre Book dont le thème était : « Épopées spatiales ».

***

Fatale précision d’une horloge atomique : un arc électrique transperce la chair de Daël. Cri de douleur. Réveil brutal. Froid, ankylose, brûlure glacée qui inonde ses nerfs. Yeux sans iris, tremblements, convulsions. Les boyaux plantés dans ses veines déversent des doses massives de drogue pour calmer son supplice.

Lire la suite « À DEUX PAS DE CHERBOURG »

MESSAGE INCOHÉRENT

Alors que je sortais de la gare RER de Pantin lundi dernier, je découvris cette publicité affichée dans le hall : MILITAIRE&FILS. Encore une ! J’avais déjà vu MILITAIRE&MÈRE, MILITAIRE&SŒUR et j’ai découvert aujourd’hui qu’il y avait aussi MILITAIRE&PÈRE en essayant de me documenter sur le sujet. Alors que je commençais à décrypter le message qu’on me transmettait, un collègue qui lui aussi sortait du RER m’apostropha et me fit la conversation jusqu’au bureau. J’oubliais bien vite le slogan, repris que j’étais par mes préoccupations à court-terme. Au fond, je n’avais pas vraiment l’intention de m’engager dans l’armée, non ?

Lire la suite « MESSAGE INCOHÉRENT »

L’HOMME QUI AVAIT LU TOUS LES LIVRES

Cette nouvelle a été lauréate du concours « Histoires Étranges » émis par la maison d’édition Lomini Books (Floride) qui promeut en français et en anglais la culture Haïtienne aux États-Unis.

***

Policiers, essais, science-fiction, romance, fantasy, aventure, horreur, espionnage, biographies, contes, chroniques : la pile de livres sur la table basse s’élève à plus de deux mètres. Lire la suite « L’HOMME QUI AVAIT LU TOUS LES LIVRES »

RUBIK’S CUBE

Wikipedia : le Rubik’s Cube (ou Cube de Rubik) est un casse-tête inventé par Ernő Rubik en 1974, et qui s’est rapidement répandu sur toute la planète au cours des années 1980.

***

Comme tout enfant né dans les années 60, je me suis pris en pleine face l’invention du Rubik’s Cube. Au lycée, tout le monde avait le sien et exhibait, échangeait et comparait ses talents logiques. Lire la suite « RUBIK’S CUBE »

THANATOPRAXIE

Cette nouvelle m’a été commandée par mon ami Stéphane pour son malheureusement défunt site professionnel dédié au tatouage : « Color my skin ».

***

Je suis un gros fumeur. Quand je dis gros, je parle non seulement de la quantité de poison phénoménale dont je sature mes poumons mais aussi du poids invraisemblable auquel je soumets mes genoux.
Fumer tue, c’est absolument certain. Pour autant, ne pas fumer ne rend pas immortel. Nul besoin d’une étude de l’INSEE sur la mortalité pour conclure que le nombre de décès est au bas mot d’un par habitant.

Lire la suite « THANATOPRAXIE »

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑